Après l’automne vint les mois froids de l’hiver avec les préparations des fêtes, cette année, les enfants né de l’année du 36eme dragon, ayant tous à peu près 11 ans durent mettre la main à la patte d’une façon ou d’une autre.

Ils n’étaient bientôt plus tout à fait des enfants car au mois d’avril ils feraient leur entrée à l’académie. Mais avant cela, il y avait un évènement très particulier qui se produisait tous les ans.

Après la fête de fin d’année, à la fin de l’année « scolaire », en février, se tenait le tournoi des 7 éléments. Ce tournoi très particulier était passé par les enfants ayant terminé leur cycle d’apprentissage, l’année de leurs 16 ou 17 ans.

Le temps était ainsi venu pour les natifs de l’année du 36eme destrier.

Chaque groupe fut réuni par leur mentor attitré à l’aube pour les dernières consignes avant de se rendre à l’arène, pendant ce temps-là les habitants se préparaient, s’habillant de leur plus beaux atours : car tous les Clans seraient réunis dans les gradins.

L’évènement était moins un concours qu’une intronisation, car le plus important n’était pas de gagner, mais de montrer sa valeur aux Clans tout en portant l’honneur du sien.

A 10h les gradins étaient déjà pleins : les tout premiers, qui permettaient une excellente vue sur le combat, était occupé par les grands clans. Leurs insignes étaient peintes au-dessus de leur place, quoique pour certaines familles elles ne permisse pas à tout le monde de s’asseoir : comme c’était le cas pour Kitsune qui était assise par terre appuyée à la rambarde.

Une estrade d’honneur était naturellement occupée par Sir et Lady Hien, accompagné de leur fils qui attendait les combats avec impatience.

Le terrain, en bas, n’était qu’un assez grand ovale de terre battue qui fit grimacer quelques concurrents : bien que ce n’était pas une nouveauté pour eux. Tous étaient entrée et se trouvait auprès de leur famille alors que leurs professeurs Armstrong Kamheb, Roderick Hien, Nina Chelyan, Mizuhiro Kamiichimai et Auron Hagane se dirigeaient vers le centre du terrain.

C’est Armstrong sensei, un homme à la carrure impressionnante, membre du Clan des Pierres, qui prit la parole de sa voix puissante.

-BIENVENUE A TOUS LES CLANS POUR CE NOUVEAU TOURNOI DES 7 ELEMENTS !!!! COMME CHAQUE ANNEE, AVANT LA PRESENTATION DES PARTICIPANTS, NOUS ALLONS REPETER LES PRINCIPALES REGLES ! IL EST INTERDIT DE FAIRE APPEL A UNE AIDE ETRANGERE LORS DU COMBAT ! SEULES SONT AUTORISE LES ELEMENTS DE COMBAT CORRESPONDANTS A VOTRE CLAN ! ET IL EST EVIDEMMENT INTERDIT DE CHERCHER A ESQUINTER DURABLEMENT, DEMEMBRER OU TUER VOS ADVERSAIRES ! NOUS POURRONS INTERVENIR A TOUT MOMENT POUR CESSER LE COMBAT ! VOILA POUR LES REGLES ! MAINTENANT LES PRESENTATIONS ! JE SUIS LE PROFESSEUR ARMSTRONG ET MES ELEVES SONT : TSUME HAGANE, TIDUS RYU ET RELENA DARLIAN !!!

-Je suis le professeur Mizuhiro et mes élèves sont : Wufei Hien, Heero Yuy et Duo Maxwell, annonça sobrement la jeune femme.

La jeune femme derrière elle, une blonde avec deux tresses et des lunettes manqua alors de s’étaler par terre en faisant un pas en avant, elle se retint au dernier moment et remonta les montures sur ses oreilles :

-Euh… Je suis… Nina sensei… Et euh… Mes élèves sont Maya Chelyan, Shiny Hikari et Sanosuke Kamheb…

Elle eut à peine le temps de finir que Roderick enchaina :

-Roderick sensei, mes gosses sont : Kyo Hien, Trowa Barton et Katoru Winner !

Le dernier homme, très grand, les yeux cachés derrières deux petits verres ronds, prit alors la parole d’une voix sourde :

-Auron sensei, mes élèves sont : Cloud Hagane, Alexandre Hikari et Jalil Barton.

-MAINTENANT QUE LES PRESENTATIONS ONT ETE FAITES, repris Armstrong, NOUS ALLONS PROCEDER AU TIRAGE AU SORT DU PREMIER CONCURRENT !!!

Roderick et Auron amenèrent à Mizuhiro une urne où elle plongea la main pour récupérer un papier.

Elle le déplia avant d’annoncer d’une voix presque aussi forte que son collègue :

-KATORU WINNER du Clan de la Lune !

Scene_combat_Quatre_Heero_2

**

Katoru sursauta et se leva précipitamment de sa place : Quel horreur ! Il passait premier !
Il tourna immédiatement la tête vers sa mère qui se tenait à ses côtés. Elle lui adressa un sourire bienveillant :

-Bonne chance Katoru !

Il fut repris en écho par ses sœurs et son père lui adressa un signe de la tête approbateur.

En s’efforçant de cacher son appréhension, il descendit les escaliers jusqu’à Roderick sensei qui lui serra l’épaule :

-Allez fait de ton mieux et ne t’inquiètes pas ! Tout va bien se passer !

Katoru, les lèvres crispées, hocha de la tête et entra sur le terrain.   

De la foule s’élevait une rumeur incessante, qui comme une vague refluait, le frappait pour aussitôt s’en aller. Katoru sentait ses jambes trembler, il tourna sur lui-même au centre de l’arène, cherchant sa famille des yeux.

Dieux merci, il les trouva sans problème grâce aux kimonos traditionnels dont était vêtue sa famille. Il repéra même Shinobu qui tenait dans ses mains un petit drapeau avec l’emblème du Clan de la Lune. Cela lui fit tellement chaud au cœur qu’il reprit courage et cessa d’avoir peur.

Peu importe qu’un public immense avait les yeux braqué sur lui, peu importe qui allait être son adversaire, lui, Katoru, portait aujourd’hui les espoirs et l’honneur de sa famille et de son Clan. Même s’il ne gagnait pas, il devait faire bonne impression, montrer aux hommes qu’il était prêt à devenir l’un des leurs et quel genre de guerrier il était. En plus… Il n’ignorait pas que toutes les jeunes filles à marier ou l’étant bientôt, le regardait et que parmi elles, se trouvaient sûrement Isaka.

Penser à la jeune fille le remonta encore plus à bloc, et il ne put s’empêcher de chercher dans la foule le Clan du Son…

Il cessa son observation lorsque le nom de son adversaire fut pioché.

*Enfer et damnation !*

Katoru pensa qu’il aurait rarement pût tomber sur pire.

Le murmure de la foule emplit l’atmosphère autour de lui lorsque Heero Yuy descendit à son tour dans l’arène.

Il était habillé d’un traditionnel quipao à col mao, bleu brodé de nuages blancs, avec en dessous un pantalon de lin. Il tenait dans chacune de ses mains un gigantesque éventail.

***

Shuryu Ryu ne pût s’empêcher de cesser ses activités lorsque le nom fut annoncé. Installé aux premiers rangs comme toutes les familles de la noblesse, il fixa le jeune garçon qui s’avançait d’un pas déterminé.

Le seul survivant du Clan de l’Air que son propre clan avait exterminé… Sans nul doute, il risquait de se révéler une menace pour les siens… Il faudrait qu’il l’observe attentivement pendant ce combat pour juger de sa force…

-Père… Quand est-ce qu’il commence le combat ? Demanda à côté de lui sa fille ainée.

-Bientôt Mimiko, sois patiente…

Au moment où il retournait son attention sur l’arène, le jeune garçon s’arrêta à sa hauteur et le brava du regard. Shuryu le tint, les traits durs. Cela dura à peine quelques minutes, puis les yeux du survivant tombèrent sur Mimiko et la petite fille ne put s’empêcher d’attraper un morceau de son kimono pour se rassurer. Son père passa un bras autour d’elle et la colla contre lui.

-Père… Il me fait peur… Gémit Mimiko. 

-Ne t’en fait pas, il ne peut pas te faire du mal, murmura Shuryu.

Le regard d’Heero Yuy se fit plus sombre, puis il reprit son chemin vers le centre du terrain.

***

Les deux combattants se firent face au centre de l’arène et se fixèrent sombrement. Heero avait posé la pointe de ses éventails refermés sur le sol, comme des épées et Katoru sortit du revers de son kimono des bandes de papiers.

-Vous êtes prêts ? Demanda Armstrong avant de s’écarter d’un saut : C’EST PARTI POUR LE PREMIER COMBAT !

Le bruit du gong retentit et Katoru s’apprêta à lancer une attaque, mais Heero disparut devant ses yeux en une fraction de seconde.

*Rapide !*

Aussitôt le brun apparut à sa droite, l’un de ses éventails, toujours fermés, brandi. Katoru eut juste le temps de se mettre en position de défense que l’arme le frappa avec violence, il résista au choc, mais alors qu’il pensait que Heero se retirerait, il entama aussitôt un mouvement d’une rapidité impressionnante et le frappa avec son autre éventail. Katoru cette fois-ci trébucha à terre, bien incapable de savoir ce qui s’était passé car les mouvements du brun étaient invisibles aux yeux humains.

*Alors c’est ça le pouvoir du Clan de l’Air…*

Conscient qu’il lui faudrait agir vite, il profita de sa chute pour lancer les fudas qu’il avait en main.

-Hnn ridicule, fit Heero en ouvrant finalement l’un de ses éventails et d’un geste souple et dédaigneux, provoqua avec celui-ci une bourrasque de vent qui rejeta les fudas.

Katoru se releva et passa un bras devant ses yeux pour se protéger de l’air. Il avait presque l’impression qu’il allait s’envoler.

Mais non, il resta heureusement ancré sur terre. Son adversaire non. Ouvrant son deuxième éventail, il provoqua un tel déplacement d’air qu’il s’envola. La foule émit un murmure de surprise lorsque leurs cheveux et leurs vêtements se relevèrent à cause du courant d’air.

*Bien… je ne pourrais jamais l’immobiliser avec les fudas… Il faut que j’engage un combat au corps à corps…*

Il fut aussitôt coupé par ses pensées par une véritable tempête. Cette fois-ci, ses pieds glissèrent en arrière sur la terre battue et il se sentit déséquilibré. Essayant de lutter et de ne pas tomber, il fut surpris lorsque le sens du vent changea brusquement et l’aspira.

Au centre de l’arène, Heero venait de créer un mini cyclone !

Katoru s’accrocha comme il put, mais il savait le combat déjà perdu et ne pût empêcher la tornade de l’avaler.

Ses pieds quittant la terre, prit dans la ronde des vents, il était balloté en attendant d’être recraché, mais cela vint plus vite que prévu.

Heero referma l’un de ses éventails d’un coup sec et le frappa avec, l’envoyant voler vers l’extrémité du terrain. Mais avant qu’il ait pût s’écraser contre un mur, Heero lui renvoya un coup, suivi peu de temps après d’un autre.

Il était quasiment en train de jouer au ping pong avec lui !

Puis finalement, le percutant de ses deux armes d’affilée, il l’envoya s’écraser contre l’un des murs de l’arène.

Le choc fut rude et Katoru passa tout près de s’évanouir. S’il n’y avait eu ce cri.

**

Isaka n’avait pu se retenir et s’était levée de sa place, se mordant d’angoisse les doigts. Elle trouvait que l’acharnement dont avait fait preuve le membre du Clan de l’Air était inadmissible et presque sadique. Le pauvre Maitre Winner n’avait eu aucun répit depuis le début du combat ! Ce n’était absolument pas fair play !

De son côté, Shinobu hurlait à pleins poumons son indignation avec certaines de ses sœurs, tandis que d’autres relativisaient en mangeant des monceaux de chouchous :

-Il est en train de se faire joliment rétamer…

La mère de Katoru avait le visage fermée.

-Pourquoi a-t-il fallut qu’il tombe sur ce garçon, maugréa son père, j’espère qu’il va capituler maintenant, et qu’il ne va pas prendre le risque de…

Plusieurs rangs plus bas, dans les gradins d’honneurs, Dan fixait le combat avec intensité.

-Je vois avec plaisir que la maitrise des éventails n’a pas été perdue. Ce garçon a vraiment du talent, il maitrise les airs de façon remarquable. Ce mini cyclone était vraiment fantastique, du jamais vu ! Mizuhiro a fait du travail remarquable ! Il faudra que je me souvienne de la féliciter !

-A côté de ça, le fils de Maitre Winner est en train de se faire écraser, déclara doucement Stuge à côté de lui.

-Ah ! Ca ce saurait si le Clan de la Lune était conçu pour le combat ! Répondit Dan d’un geste négligeant. Ils sont indispensables pour autre choses. Ce sont les gardiens de nos traditions spirituelles. Par ailleurs, il a fait preuve de courage et de résistance, c’est tout à son honneur. Mais là le combat est terminé.

Kyo qui entendit les paroles de son chef, ne pût qu’approuver. Katoru en avait suffisamment bavé. Mais il n’avait pas utilisé encore son arme spéciale… C’était une erreur de le sous-estimer.

-Allez courage Katoru, murmura t’il entre ses dents tout en fixant son partenaire qui s’était écroulé dos contre terre.

De l’autre côté de l’arène, en face des gradins du Clan du Feu, se trouvait ceux de la Feuille, et Trowa regardait pareillement son équipier, mais avec des pensées contraires.

-Allez Kat’, il faut que tu abandonnes. Je t’en prie, ne tente pas ça sur lui, réfléchis, c’est une très mauvaise idée !

-C’est parti pour les soins d’urgences… maugréa Takeshi en suivant Kyogane, leur grand frère, et leur père vers le passage qui menait au terrain.

**

Quand Heero posa pied à terre, il était assuré de sa victoire. Bien, qu’en réalité, avec un adversaire pareil, c’était comme si c’était gagné d’avance. Cependant il n’oubliait pas qu’il était sur ce terrain, non pas pour massacrer un adversaire, mais pour faire des démonstrations de force afin d’impressionner les Clans.

Désormais il était sûr que chacun d’entre eux savait qu’il faudrait désormais compter avec lui. Et surtout, pensa t’il en se tournant vers l’emblème du Clan de l’Eau, que Shuryu sama avait de quoi trembler et qu’il avait pris au sérieux sa menace.

Jusqu’ici il s’était demandé ce qu’il allait faire pour se venger de ce Clan orgueilleux, si persuadé de sa propre importance… Il avait envisagé le pire : son extermination. Mais il savait que cela ne le satisferait pas. Non, il voulait les voir souffrir. Il voulait leur retirer toute leur dignité et les faire tomber de leur piédestal en leur enlevant petit à petit tout ce qui leur était important.

A présent, à partir du moment où en arrivant dans l’arène il avait croisé le regard du Chef du Clan, il savait exactement ce qu’il allait faire.

S’approchant du garçon blond qui gisait à terre, les yeux fermés, il le poussa légèrement du bout de son éventail :

-Eh, c’est tout ce que t’as dans le ventre ?

La main de Katoru, avant qu’il ait pût l’éviter, se referma sur sa cheville. Celui-ci ouvrit alors les yeux l’air triomphant :

-Pas vraiment !

Heero se sentit alors comme happé dans une mer gelée, enfoncé dans les ténèbres. Un poing glacial sembla se refermer sur son cœur.

Il se sentit tomber… Non, voilà qu’il était dans un des couloirs du Palais de Borée. Son père le tenait par les épaules, les pupilles dilatés.

-Heero, sois un bon garçon et reste caché là…

Il enclencha le passage secret qui se trouvait dans le mur et l’y fourra avant de le refermer. Heero eut beau taper du poing, la porte resta verrouillée. N’ayant pas d’autres options, il grimpa les escaliers en colimaçon qui se tenaient derrière lui, jusqu’au point le plus élevé des quatre Palais du Clan de l’Air.

Le vent souffla violemment entre les six piliers qui maintenaient le toit et amenait avec lui l’odeur du sang. Heero cria, mais personne ne pouvait l’entendre. Lui, en revanche, percevait tout ce que le vent lui portait. Des cris d’agonie et de souffrance, et en bas, et sur les différents balcons, il pouvait voir des membres de sa famille tomber. Même les vieilles femmes et les enfants qu’on avait mis à l’abri sur un îlot lointain, normalement inaccessible à ceux qui ne pouvaient pas voler, furent tués sans aucune miséricorde après qu’on pont de glace ait été créé pour les rejoindre.

La douleur dans son cœur était insupportable. Il pleurait ses proches, mais aussi son impuissance à leur venir en aide.

Soudain un cri retentit, mais ce n’était pas le sien. Rouvrant les yeux, il s’aperçut que son adversaire, Katoru Winner, était recroquevillé sur lui-même et hurlait comme si on lui arrachait le cœur.

Heero resta immobile, comprenant qu’il avait été victime du talent du Clan de la Lune. Katoru s’attendait sûrement à ce qu’il s’écroule face à son passé, mais il vivait avec depuis si longtemps que la douleur était devenue partie intégrante de lui. Il était comme immunisé et ne ressentait presque plus rien.

A la place, c’était Katoru qui n’avait pas pût le supporter.

Il jeta un regard indifférent au blond que l’un de ses coéquipiers et son professeur sortaient de l’arène, puis, tranquillement, sortit à son tour alors qu’on annonçait sa victoire.

-Ey ! Bravo mon gars ! L’accueillit Duo près de Mizuhiro sensei.

-Rien de surprenant, répliqua le jeune homme en s’adossant au mur. Tâche d’en faire autant !

-Hein ?

-Comment ça, « hein » ?!? Il a raison, j’ai pas entrainé des mauviettes, t’as intérêt à gagner ! Gronda leur professeur.

-Ohlala…

Il s’arrêta cependant de gémir car on annonçait à présent les participants du prochain match.

-Pas moi pas moi pas moi ! Psalmodia-t-il alors qu’Armstrong sensei piochait le premier nom.

-Trouillard…

-Eh ! Je veux pas tomber sur certaines personnes, c’est tout !

-TROWA BARTON !!! Annonça puissamment le colosse.

**

-Rho… Zut, gémit Trowa qui se tenait au chevet de Katoru, ausculté par son père.

Eden Barton leva ses yeux vers lui :

-Tout ira bien pour lui, vas-y.

-Je vais faire de mon mieux père.

-Je n’en doute pas.

-Allez dégage Tro-chan, t’es dans nos pattes ! Râla faussement Takeru.

-Bonne chance, ajouta quant à lui Kyogané. On te regarde d’ici.

Le brun condescendit alors à quitter l’aire de soin pour rejoindre Roderick sensei. Celui-ci lui donna une bourrade dans le dos :

-Bah, je m’en fais pas trop pour toi, t’es un garçon sérieux, tu vas t’en sortir !

-Trop de pression, sensei, ironisa Trowa avant de s’avancer vers le centre de l’arène, là où tout le monde pouvait le voir.

Son regard se porta immédiatement sur son Clan, bien représenté en dessous du symbole de la Feuille, et sur sa mère, la belle et gracieuse July Barton qui pencha sa tête dans sa direction pour le saluer.

Peu importe les situations, elle était toujours calme, souriante, paisible, rien ne semblait pouvoir l’atteindre. Elle incarnait à elle-même tout ce que devait être un membre du Clan de la Feuille. « Plier, mais ne pas rompre ».

Trowa s’inspirait beaucoup d’elle et essayait, en toute situation, d’atteindre un même calme.

Il respira profondément et tenta d’oublier la foule qui l’entourait.

*Tout va bien, mais s’il vous plait, pas contre Kyo ou Wufei !*

**

-AAAAH C’EST LUI ! C’est LUI Papa regarde ! C’est LUI !!! Glapissait d’un ton hystérique Naru depuis son rang, manquant d’envoyer son poing dans la figure de son père.

-Mais oui Naru, calme-toi.

-MAIS C’EST LUI !!!!

-Ca y est, Naru a pété les plombs… Constata Ian, son petit frère avec un soupir à son cousin Fujin Tamashi.

Ce dernier haussa des épaules et tenta d’apercevoir un peu mieux la silhouette altière qui se tenait au milieu du stade.

L’imposant professeur était déjà en train de piocher le nom de son adversaire et l’on entendait tout autour les murmures d’excitation du public, dont une grande partie souhaitait un défi Feuille Contre Feu. Il était apparemment toujours enthousiasmant de voir les deux plus grands Clans de Yamamachi, les rivaux, s’affronter.

Malheureusement leur vœu ne fut pas exaucé, car c’est un membre de son équipe que piocha Armstrong sensei :

-TSUME HAGANE !!!!

**

Dans l’estrade du Clan de l’acier, les regards se retournèrent vers le jeune homme renfrogné et avachi qui se tenait dans un coin.

-Tsume ! L’avertit son père, Chase Hagane, en fronçant les sourcils.

-Oui, oui, j’y vais… Marmonna Tsume en dépliant sa longue silhouette.

Contrairement à Cloud qui portait une armure, Tsume était vêtu de cuir noir très ajusté. Noir de peau, comme sa mère, il avait les cheveux blancs, comme son père et suffisamment long pour qu’il puisse les nouer en catogan dans sa nuque.

C’est ainsi qu’il se présenta, les mains dans les poches, sans aucune arme, lorsqu’il rentra dans l’arène.

Son oncle Auron hum-a en le voyant :

-Tu n’as pas oublié quelque chose par hasard ?

Bien qu’il ne fût pas son professeur, il lui proposa alors sa propre épée, mais Tsume l’ignora, et rejoignit Trowa au centre.

-Ne t’en fait pas Auron ! S’exclama Armstrong en lui donnant de grandes tapes dans le dos qui auraient fait grimacer de douleur n’importe qui.

Si ce n’était Auron qui comme d’habitude ne montrait aucune émotion derrière son col haut et ses lunettes.

-Je ne m’en fais pas, c’est son affaire s’il veut se ridiculiser, maugréa l’homme en rouge avant de tourner le dos.

Dans la foule, c’était aussi l’étonnement. On n’avait jamais vu un membre du Clan du Métal se battre sans arme ou armure. En fait, il n’y avait pas une personne dans la foule qui connaissait le style de combat de Tsume Hagane. Celui-ci n’était pas démonstratif et ne se vantait pas de ses talents. De plus, les entrainements d’Armstrong avaient été très secrets. Seul ce dernier et les autres membres de son équipe : Tidus Ryu et Réléna Darlian savaient à quoi s’attendre.

**

-Tu commences ? Demanda Tsume. Qu’on en finisse avec ça le plus vite possible.

Trowa ne se laissa pas démonter par le manque de motivation et de sérieux de son adversaire. Il aurait de quoi le dérider dans quelques minutes.

Récupérant une graine dans la petite sacoche qui pendait à sa ceinture, il la tint entre ses deux doigts.

-Comme tu voudras.

Des filaments verts filèrent de la graine et plongèrent dans la terre en prenant du volume.

Tsume fronça des sourcils en voyant que Trowa n’avait pas l’intention de bouger, et s’apprêta à lui foncer dessus quand une immense racine jaillit sous ses pieds. Il sauta de justesse, mais la plante le suivit dans son mouvement.

Trowa qui se tenait toujours à sa place se demandait bien comment le type allait s’en sortir. Il n’avait aucune protection, et pour l’instant, pas la moindre arme offensive.

Réfléchissant aux membres de son équipe, car toutes les équipes étaient formées de façon à contenir un soldat en force brute, en force élémentaire et en soutien, Tsume ne pouvaient pourtant être que la force brute, comme l’était Kyo pour lui…

La réponse vint quand la racine fut violemment repoussée d’un coup de poing. Tsume atterrit plus loin, un peu contrarié, son avant-bras droit entièrement recouvert d’acier.

**

Un murmure d’appréciation passa dans les rangs : la technique était tout simplement inédite.

Armstrong sensei essayait, vainement, de ne pas avoir l’air trop fier de lui (c’est à dire en hurlant à tout le monde qu’il s’agissait d’une technique secrète de sa famille adaptée aux membres du Clan du Métal tout en jouant de ses propres biscotos) et Dan Hien tapait d’une façon enfantine dans ses mains sous le regard réprobateur et digne de sa femme.

Du côté des Hagane, les enfants hurlaient leurs encouragements à tout rompre en essayant d’imiter la technique de leur cousin, tandis que les adultes murmuraient, excités. Seul Chase Hagane restait interdit, stupéfié que son bon à rien de fils soit capable finalement de quelque chose.

-Allons ne restez pas la bouche ouverte ainsi mon cher ! Le taquina Reila, sa femme.

Il se reprit alors, récupérant son habituel air renfrogné en accord avec son grand frère, Aaron, qui semblait s’ennuyer à mourir.

-Mais ma bouche n’est pas ouverte, femme ! Répliqua-t-il d’un ton bourru.

Celle-ci se contenta d’un petit sourire innocent et reporta son regard sur le combat de son enfant.

Elle remarqua alors, presque face à eux, au milieu de la tribune du Clan de la Feuille, July Barton qui ne semblait pas particulièrement émue de ce revirement de situation. Comme si elle avait senti que Reila la regardait, elle lui adressa un sourire serein. Une attitude qui semblait dire : « Ca ne changera pas grand-chose ».

**

Dans l’arène, Tsume était à présent agressé par plusieurs racines en même temps. Dès qu’il le pouvait, il tapait, déchirait la plante, essayait de la tirer pour la désherber, mais ça n’en finissait jamais. Une véritable petite forêt était en train de naitre sur le terrain et la tenait à distance de son adversaire.

Il pesta et étendit l’acier à ses deux mains pour retenir une immense chose verdâtre qui lui tombait dessus.

Ce n’était plus un combat, mais un véritable parcours du combattant !    

La force de la plante le surprit et il s’enfonça un peu dans le sol. Des lianes venues de tous côtés profitèrent qu’il avait les deux bras occupés pour le frapper.

-Bordel… Grogna le jeune homme au visage dégoulinant de sueur.

-C’est fini, déclara Trowa.

Les quatre lianes frappèrent avec violence le corps de Tsume, mais au lieu d’un bruit d’effondrement, c’est un choc métallique qui retentit.

Trowa rappela ses plantes pour voir ce qui s’était passé et découvrit avec stupeur que son adversaire était à présent entièrement recouvert d’acier, de la tête en pied.

-Ah oui ? Fini ? Je crois pas ! Le nargua Tsume. Sous cette forme, seule une flamme puissante pourrait me causer du tort. Je suis indestructible !  

Trowa fronça les sourcils, et par la pensée, déchaina une avalanche de coup sur le corps métallique. Celui-ci fut trainé, projeté, écrasé, mais effectivement, le jeune homme, à part rire de façon déplacée, ne semblait subir aucune blessure ou douleur.

Il se mit alors à foncer vers lui comme un missile à tête chercheuse, défonçant ses plantes au passage.

Ne faisant aucun mouvement de recul, Trowa ferma les yeux et respira. Il ne devait surtout pas paniquer.

Prenant sa décision, il envoya sur Tsume un enchevêtrement de racines et de branches.

-Tu peux rien contre moi ! Continua à hurler ce dernier en essayant de se dégager, ça ne me fait pas mal ! Pas mal du… Hé !

-Peut-être, mais je veux juste ne plus t’entendre rire bêtement.

Si Tsume n’avait pas mal, il était en revanche coincé, et les plantes continuaient à se refermer sur lui, malgré ses tentatives pour s’échapper. Bientôt il n’y eut plus que sa tête qui sortait d’un espèce de tronc noueux.

-Rah ! RAAH ! RAAAAAAHHHH !!! Hurlait Tsume en perdant le contrôle de lui-même et en oubliant qu’il était observé par les membres les plus importants de son village.

-Tu abandonnes ? Tu ne peux plus faire un seul mouvement de toute façon.

-NON JE… RAAAH !!!… JE T’EMMERDE !!! C’EST DE LA TRICHE !!!

-Absolument pas.

Trowa tourna son regard sur Armstrong sensei qui hocha de la tête en accord et annonça la victoire du membre du Clan de la Feuille.

Il fallut ensuite le professeur et Auron pour tirer Tsume hors de l’arène après que Trowa l’ait libéré. Le jeune homme était fou de rage et continuait à hurler des insultes.

- Contrôle-toi, tu nous fais honte ! Grommela Auron en se retenant de ne pas l’assommer.

Trowa regarda à peine ce spectacle et parti rejoindre Katoru qui était à présent endormi.

Ses frères lui serrèrent l’épaule, tandis que son père hochait la tête d’approbation. Il ne fit cependant aucun commentaire sur le match, se contentant de lui annoncer qu’il avait mis son ami sous calmant.

**

-Il a gagné ! Il a gagné ! Il a gagné ! Chantonnait gaiement Naru en battant des pieds. C’est le plus fort, je le savais ! Et remarquez ce contrôle de lui-même, c’est admirable, non ?

Sa mère roula des yeux devant le babillement extatique de sa fille, mais son frère fut moins clément :

-Tais-toi idiote, ils vont annoncer le prochain combattant !

Effectivement Nina sensei plongea son bras dans l’urne et le remua longuement avant d’en sortir un papier. La jeune femme le lut, mais personne ne l’entendit car elle parlait beaucoup trop bas.

Mizuhiro grogna, puis se dirigea vers elle pour lui arracher le papier et annoncer le prochain participant de façon intelligible :

-JALIL BARTON !

Les gens applaudirent de façon mitigée : c’était un peu ennuyant d’avoir d’affilé les membres d’un même Clan. Jalil qui était assis pas loin de July se leva sans y faire attention et fit un geste à ses parents. Il descendit rejoindre son professeur, Auron, qui, escorté de Chase Hagane, faisait sa fête à Tsume qui avait repris une apparence plus normale et qui, à présent, boudait.  

Jalil qui était de nature plutôt complaisante haussa les épaules, et se contenta uniquement des encouragements de ses deux partenaires : Cloud Hagane et Alexandre Hikari.

-Je sais pas sur qui tu vas tomber, mais défonce le ! S’exclama Alexandre.

Cloud lui fit un petit sourire et hocha la tête :

-Sois prudent.

-Bah, n’attendez pas beaucoup de moi les gars ! Mes pouvoirs sont juste défensifs !

-Ouais mais bon, essaye quand même ! Le réprimanda Alexandre sentant son ami prêt à lever le drapeau blanc à la moindre difficulté.

-Ey Alex, c’est juste un faux combat. Cool !

Justement le genre d’attitude que craignait l’héritier du Clan de la Lumière qui leva les yeux au ciel et laissa Jalil rejoindre le terrain de combat.

-Il va s’en sortir, déclara sagement Cloud en croisant les bras.

-Mouais… J’espère pour lui…

Entretemps Nina avait réussi à piocher le nom suivant sans tout faire exploser. Elle le tendit timidement à sa collègue qui la fusilla du regard avant de le lire :

-WUFEI HIEN !

-En fait non, il ne va pas s’en sortir, se corrigea Cloud avec le même ton sérieux alors que de véritables cris de joie jaillissaient dans toute l’arène.

**