Petit à petit, le ciel s’apaisa.

Kyo leva la tête vers le toit du dojo, surprit d’entendre quelques dernières gouttes dégringoler le long des tuiles. A travers les fenêtres, des rayons de lumières dorées tombaient paresseusement sur le tatamis et les murs.

Le garçon baissa la tête vers Arisa, un sourire s’accrochant sur ses lèvres. Elle dormait, recroquevillée comme un petit chat pour garder un peu de chaleur et collé à Kyo pour profiter de la sienne. Car celui-ci, comme tous les membres du Clan du Feu, était un radiateur sur pattes. Il posa une main sur sa joue d’albâtre et constata qu’en effet, elle était glacée. Ce vieux dojo n’était certainement pas le bâtiment le mieux isolé de la ville.

-Arisa, Hey, petite Hagane ! Fit-il en la secouant légèrement.

La petite fille fit une légère grimace mais ne se réveilla pas pour autant.

-Je ne peux pas laisser là… Soupira-t-il. Il faut que je la ramène à ses parents…

**

Quand Arisa se réveilla, elle ne comprit pas tout de suite où elle était. L’air autour d’elle était humide, mais elle n’avait pas froid car elle se tenait contre quelque chose de bien chaud, comme une grosse bouillote. Un blouson rouge avait été drapé sur sa tête et elle avait la vague conscience de se déplacer.

Ouvrant entièrement les yeux, elle découvrit qu’elle se trouvait sur le dos d’un garçon aux cheveux roux qui la ramenait chez elle. Elle reconnaissait déjà le paysage et la route boisée, tandis qu’au loin se dressait les tours crénelée du deuxième plus grand château de Yamamachi.

Et dans le ciel, encore coloré de gris, un magnifique arc en ciel semblait former un pont d’une tour à l’autre.

-Kyo ? Lança-t-elle, sachant que c’était lui qui la portait.

Depuis un bon bout de chemin déjà, réalisa-t-elle.

-Ah, tu es réveillée…

-Je peux retrouver mon chemin toute seule à partir de maintenant, annonça t’elle en sautant à terre.

Kyo se tourna vers elle :

-Ca… ira ?

-Bien sur, maintenant qu’il ne pleut plus ! Je vais même pouvoir m’amuser à sauter dans les flaques d’eau !

Elle retira le blouson qui la couvrait et le lui tendit.

-Non. Garde-le… Surtout si tu veux… sauter dans les flaques.

-Merci beaucoup ! Souria t’elle en s’en revêtant bien qu’il était deux fois trop grand pour elle.

Cette vision amusa et attendrit énormément Kyo même s’il ne savait pas trop pourquoi. Il se sentait même plutôt timide face à l’enfant qui parlait sans complexe, avec toute l’insouciance de l’enfance.

-Bon… Euh… Fait attention à toi en rentrant ! Lâcha t’il, gauche, avec un signe de la main.

Arisa lui répondit en riant. Et il se sentit diablement stupide.

Elle partit en courant le long du chemin boueux et il la regarda escalader la grille qui séparait le château de la forêt avant de disparaitre totalement.

Il y avait énormément de chance pour qu’il ne la revoit jamais… Après tout, il ne voyait pas ce que deux personnes séparés par autant d’années pourraient avoir à faire…

-Lolicon ! Fit une voix accusatrice dans son dos.

Kyo s’hérissa de la tête aux pieds et prit un beau teint rouge vif avant de se retourner pour se défendre d’une telle accusation.

Alec lui souriait d’un air moqueur tandis que Wufei et Asuka relevait un sourcil, surpris et décontenancés.

-Qu’est ce que vous faites là ?! Enragea Kyo qui cherchait à reprendre son self control.

En vain.

-Ton père nous a envoyé voir si tu n’étais pas mort foudroyé. Il a rarement vu quelqu’un mettre autant de temps pour fermer une bête porte, expliqua Wufei.

-Qu’est ce que tu faisais avec Arisa ? Demanda à brûle pourpoint Asuka alors que Wufei avait vainement tenté de changer de sujet.

Kyo ne pût s’empêcher de rougir encore plus, bien qu’il n’est rien fait de condamnable. Enfin… Il ne le croyait pas en tout cas.

-… Rien.

-Menteuuuuur ! Se moqua Alec. Kyo est un menteur !

-C’est faux petit gnome !

-Je vais dire à tout le monde que Kyo est un menteur !

-Si tu fais ça, je te tue !

-Bon et si on rentrait ? Proposa Wufei, déjà fatigué par ses deux cousins.

-Oui, ça va être l’heure du gouter ! Approuva Asuka en commençant déjà à se diriger vers la longue ligne de menhir qui séparait les terrains des deux Clans.

La tempête finie, les choses retournaient petit à petit à la normale et bientôt, les nuages gris de la venue d’un homme du passé, furent balayés, laissant derrière lui des sentiments nouveaux dans le cœur des enfants.

A suivre…